« J’avais 4 ans et demi quand le médecin a décidé de m’envoyer là-bas. Pendant 3 mois, j’y ai subi des maltraitances et ne pouvais voir mes parents qu’un seul dimanche par mois… Si vous y avez séjourné ou connaissez quelqu’un qui y a été, contactez-moi, c’est difficile de repenser à cette période mais nécessaire pour moi… »
Comment peut-on imaginer faire du mal à des centaines d’enfants, malades pour la plupart, qui n’ont rien demandé ?
Comment imaginer le terrible quotidien de vie qu’ont subit ces enfants innocents ?
Une tristesse insoutenable, des actes de maltraitance inconcevables, un éloignement intensif de la famille sans aucune compassion.
L’atrocité de ces faits reflète une enfance obscure, arrachée et éreintée. Une enfance volée, au profit de la douleur.
Pourtant, ces lieux sont souvent situés dans des cadres apaisants et reposants, faisant régner un véritable havre de paix.
Que peut-il alors bien rester au sein d’un aérium abandonné depuis plusieurs années, plongé dans un calme absolu, en pleine foret, où cette cruauté abominable s’est déroulée ?
Ces murs, marqués par le temps, au cœur de cette végétation abondante ont-il gardé en mémoire ce lourd passé lugubre enivré d’angoisse, de peine, et de peur ?
Les enfants maltraités y ayant séjourné ont-ils encore quelque chose à raconter ?
Et ont-ils envie, de nous partager, les souvenirs, d’une enfance douloureuse.
Envoi
User Review
5 (8 votes)